Notre véhicule humain

Notre véhicule humain

Abandonnez un instant l’idée que vous êtes un être humain…

Abandonnez un instant l’idée que vous êtes cet être humain avec qui vous vivez chaque jour et observez-le de plus haut. Observez un instant la Vie de plus haut, comme si vous planiez comme un oiseau.

Cet Être capable d’observer ce qui se passe dans le corps, capable d’observer les pensées, capable d’observer la Vie et l’humain de plus haut est votre Vrai moi. L’observateur est un Être illimité qui se tient en dehors de la Vie. C’est Qui nous sommes vraiment. 

Un jour, nous avons eu envie d’expérimenter la Vie. De sentir ce que ça fait de faire partie de la Vie, de sentir la Vie circuler en soi.

Quoi de plus extraordinaire que de l’expérimenter à travers un véhicule vivant, pour pouvoir jouir de toute l’expérience à travers les sens ?

Sentir la Joie à travers les sens, la joie de sentir le corps respirer, la joie des odeurs, de la brise et du soleil sur la peau, la jouissance d’être dans la Vie, la Joie de sentir la Vie circuler à travers le corps.

Avez-vous observé les très petits enfants de 3-6 mois ? Avez-vous observé comment ils découvrent tout avec fascination ? Leurs doigts, comment ça bouge, une sensation sur la peau, l’eau qui gicle. C’est leur Être, non voilé encore par des conditionnements du mental, qui jouit d’être dans la Vie et d’avoir la chance de vivre cette expérience.

Imaginez  maintenant un manège pour les enfants…

Il y a toutes sortes d’animaux. Les enfants ont envie de faire un tour dans le lion, puis ils changent. Allons faire l’expérience du zèbre. Qu’est-ce que ça fait d’être dans le zèbre ? À la fin, les enfants savent dire quel tour ils ont préféré.

C’est la même chose pour nous. Nous avons décidé de faire un tour avec l’humain.

Pour pouvoir vivre cette expérience le plus réalistement possible, nous nous sommes connectés de manière extrêmement parfaite aux sensations du corps, aux ressentis émotionnels et aux pensées qui traversent l’espace mental. 

Où est le problème alors ?

Notre équipe humaine se compose d’un corps physique, d’un espace mental et d’un système émotionnel qui forment un tout intimement interconnecté.

Le corps physique sert à pouvoir être sur terre, à s’y déplacer, à ressentir la matière.
L’espace mental fonctionne comme un GPS. C’est au départ un grand espace vide dont le premier rôle est de capter la sagesse innée de notre vrai moi, cet Être illimité que nous sommes qui communique à travers les intuitions et les évidences. Des informations chaque fois différentes et nouvelles, spécialement adaptées au moment présent.
L’espace mental va aussi stocker toutes les expériences qu’il fait et leurs analyses, les informations qui lui arrivent de l’extérieur, comme les expériences des autres, du passé, des conclusions, des règles, des dogmes. Il entasse tout ceci dans des cartons pour contrôler au maximum son environnement extérieur. C’est le conditionnement, de veilles informations, les cartes GPS pas à jour. En effet, pour la Vie, ce qui était vrai hier, ne l’est déjà plus aujourd’hui.
Le système émotionnel est l’indicateur de l’état intérieur. C’est les voyant lumineux et les jauges. Un émotion accueillie, à qui on laisse le droit d’être là et de faire son travail, rééquilibre le système.

Le problème est que ce véhicule terrestre est doté d’un système de survie et qu’on peut le faire passer en mode de pilotage automatique !

Exactement comme une voiture est dotée de système de sécurité pour protéger sa carrosserie : le système de freinage ABS, le signal sonore pour l’aide au parcage.

Dans votre voiture ces systèmes fonctionnent d’office si vous ne les débranchez pas. C’est la même chose pour votre véhicule humain.

Pour protéger son intégrité, le véhicule humain est doté d’une programmation reliée à toute une base de données. La programmation est simple et vise à éviter tout danger de mourir de dangers naturels ou des conséquences de ne pas être aimé :
Objectifs de la programmation : sécurité et être aimé
Base de données : toutes les expériences passées personnelles, transgénérationnelles et du vivant en général ainsi que les analyses et comportements passés qui en ont été tirés.
Technologie : analyse de situation, détermination de comportement, puissantes alarmes quand ces objectifs sont en péril.

Revenons à notre petit enfant de 3-6 mois. Ses cellules ont le programme de base de survie lié aux besoins primaires. Il est donc dans la Joie et la Paix dès que ces besoins primaires sont comblés. Son intellect n’étant pas encore suffisamment développé, son espace mental est encore vide d’interprétation, de croyances, de règles et de dogmes. Cet enfant ne s’identifie à rien. Il est juste dans l’expérience. Il est juste l’observateur qui regarde ce que ça fait d’être dans la Vie.

Peu à peu l’intellect va se développer et l’espace mental se remplir. Peu à peu l’importance de l’instant présent et de l’expérience immédiate va être remplacée par la dominance de ce qui se trouve dans la tête, dans l’espace mental : Les pensées, croyances, peurs, etc…

Cela va prendre tellement de place que cet enfant, en grandissant, va croire que ce qui est dans la tête est sérieux, est vrai, primordial. Il va croire que ce qui est dans la tête est la Vie. Il va croire que les cartons du conditionnement sont la Vie et savent contrôler la Vie.

Le conditionnement stocké dans l’espace mental génère des ressentis-émotions tellement puissants que cet enfant devenu grand va finir par s’identifier à cette forme humaine. C’est à dire que ce que le mental génère forme comme un voile entre la réalité et le TOUT. La Conscience s’imbrique complètement dans le mental et croit être le mental, donc croit être ce « je-mental » ou ce « mental-je ». La capacité du mental à penser est tellement perfectionné, que le mental est capable de fabriquer la pensée « j’existe, moi le mental, j’ai un libre arbitre, un pouvoir décisionnel, je suis une personne ». C’est l’ordinateur qui se personnifie et prend le contrôle. L’observateur va perdre complètement conscience qu’il n’en est que l’observateur.

Cet état est normal et fait partie du grand Jeu de la Vie et de la Conscience. Il ne sert à rien de vouloir en sortir. On (le mental à qui nous sommes encore identifié malgré nous) ne peut décider d’en sortir. Nous ne pouvons pas décider de nous désidentifier du Je. Cela se fera (ou pas) spontanément en son temps. C’est une évolution normale du Jeu de la Conscience. En prendre conscience peu à peu est suffisant.